• L’arbre rouge

    Sous l’arbre rouge

    Les branches silencieuses

    Dansent

    À l’unisson des pas furtifs

    Des amants apeurés

    Plus loin, beaucoup plus loin

    Un œil lunaire

    Bat ses longs cils

    Baignés de larmes

    De joie

    Car il sait, il sait depuis sa lointaine jeuneuse

    Que la peur ne dure pas

    Qu’elle s’envole

    En un court instant

    De tendresse.

    Ailleurs

    Dans les bois sombres

    Que la Lune ne pénètre pas

    Meurent de tristesse

    Les feuilles tombées sans espoir de leur nid

    Derrière les rideaux épais

    De ma fenêtre

    Je vois revenir la tête basse

    Les porteurs de pas perdus

    Craintifs du mystère de la forêt

    Arbre rouge, ami,

    Compteur de mes regards

    Porte mon message

    Soigne mon espoir

    Jusqu’au matin

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :