• Rempart

     

    Quel monde étrange

    Celui pétri par d’autres mains

    Le poète sait

    Cueillir l’onde qui vibre

    Porteuse d’un regard

    Neuf

    Différent

    Le poète court

    Sur le fil mal tendu

    Sur la chaudière ardente

    Du volcan

    Respire

    Les vapeurs neufs

    Colorés

    Souffreteux

    Au terme de son parcours

    Il n’y aura pas d’accueil triomphal

    Seulement le silence

    Fait d’attente vaine

    D’ignorance

    D’étonnement

    Son pied brulant

    N’aura pas de sol tendre

    N’aura pas

    Des pierres blanches pour montrer un chemin

    La lave de ses mots

    Façonnera les images

    Les stèles

    Les repères d’un prénom

    Qu’il porte par habitude

    Accroché

    Au frêle rayon de lune

    Cueilli à la sauvette

    Dans la nuit solitaire

    De son départ

    Vers le monde sans frontières

    Que les mots forgent

    Au creux du vieux silence

    Son ultime destin

    Sa demeure transparente

    Son ancrage

    Son seul toit

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :